Transition numérique et oligopol…

L’année 1994 fut une anné…

Pronostiquez sur vos sports favo…

          https://1xb…

Côte d'Ivoire: banque digitale, …

La Standard Chartered Ban…

Côte d’Ivoire : Initiation préco…

"Succès assuré" est un de…

Côte d'Ivoire: Un expert en cybe…

Prenant part au lancement…

Stéphane Richard pose la premièr…

Le PDG d'Orange, Stéphane…

Côte d'Ivoire: Ericsson assure l…

Ericsson vient de déploye…

Bénin: Pourquoi le Directeur Gén…

Stephen Blewett vient d'ê…

Bénin: L'opérateur MTN menacé d'…

L'autorité de régulation …

Bénin: Aurelie Adams Soulé Zamar…

Le vendredi dernier, Aure…

«
»
TwitterFacebook

Abonnez-vous à ict4africa par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 5 170 autres abonnés

Tunisie : «Interférence» dans les services VoIP.

voip2

Depuis le 16 septembre la presse tunisienne relaie l’information selon laquelle Tunisie Télécom, Orange Tunisie et Ooredoo souhaiteraient facturer les services de Voix sur IP tels que Skype, Viber, etc. La décision aurait été prise par les trois opérateurs en accord avec l’Instance Tunisienne des Télécommunications et rendue public par un communiqué. Ces opérateurs justifient cette décision par la baisse de leurs recettes dues à l’utilisation accrue de ces logiciels qui rendent la communication gratuite. Seul Tunisie Telecom a par ailleurs dementi cette information. Cela n’a pas tardé à susciter une levée de boucliers des autorités qui par le biais du Ministre tunisien de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des TIC a publié un communiqué ce Jeudi pour les rappeler à l’ordre. S’appuyant sur la loi, Tawfik Jelassi, juge cette mesure illégale. En effet, dans son article 6, le code des télécommunications stipule que les fournisseurs des services s’engagent à se conformer aux conditions de secret et de neutralité à l’égard des signaux transportés. Citant le décret 3026 du 15 septembre 2008, relatif aux conditions générales de l’utilisation des réseaux publics des télécommunications et des réseaux d’accès, en son article 5. Le ministre ajoute que dans le cadre du respect de la continuité et de la permanence, l’opérateur ne peut interrompre la fourniture du service. Il peut le faire seulement sur autorisation de l’instance nationale des télécommunications. Depuis la parution de cette information dans les journaux, Orange Tunisie et Ooredoo n’ont pas encore réagi.

D’autres pays africains suivent, avec intérêt, la situation en Tunisie afin de contrecarrer l’effet contagion sur leur territoire.

Laisser un commentaire

À lire absolument

Côte d'Ivoire: banque digitale, rendez-vous manqué pour la Standard Chartered

Côte d'Ivoire: banque digitale, rendez-vous manqué pour la Standard Chartered

La Standard Chartered Bank Côte d'Ivoire devait officiellement présenter, ce jour, à sa clientèle, son concept de "banque digitale". L'événement…

09 Fév 2018 Actualité ict4africa No comments

Read more

Côte d’Ivoire : Initiation précoce à l’entreprenariat dans les TIC, une…

Côte d’Ivoire : Initiation précoce à l’entreprenariat dans les TIC, une plateforme se distingue

"Succès assuré" est un des leaders du soutien scolaire en ligne et via mobile. Au delà de ce rôle précurseur,…

06 Fév 2018 Actualité ict4africa No comments

Read more
  • 1
  • 2
«
»
%d blogueurs aiment cette page :